Поль Верлен — Paul Verlaine

Menu du site

Accueil
Poésie:
Poèmes saturniens Les Amies Fêtes galantes La Bonne Chanson Romances sans paroles Sagesse Jadis et Naguère Amour Parallèlement Dédicaces Femmes Bonheur Chansons pour elle Liturgies intimes Odes en son honneur Élégies Dans les limbes Épigrammes Chair Invectives Hombres Biblio-sonnets —————————— Contact

© Verlaine.ru



ru
fr

La Bonne ChansonLe soleil du matinToute grâce et toutes nuancesEn robe grisePuisque l’aube granditAvant que tu ne t’en aillesLa lune blancheLe paysage dans le cadre des portièresUne Sainte en son auréoleSon bras droitQuinze longs jours encoreLa dure épreuve va finirVa, chanson, à tire-d’aileHier, on parlait de chosesLe foyer, la lueur étroite de la lampeJ’ai presque peur, en véritéLe bruit des cabaretsN’est-ce pas ? En dépit des sotsNous sommes en des temps infâmesDonc, ce sera par un clair jour d’étéJ’allais par des chemins perfidesL’hiver a cessé : la lumière est tiède

Paul Verlaine « La Bonne Chanson »

La Bonne Chanson est le recueil de poèmes de Paul Verlaine, publié en 1870.

Poèmes:

I. Le soleil du matin

II. Toute grâce et toutes nuances

III. En robe grise

IV. Puisque l’aube grandit

V. Avant que tu ne t’en ailles

VI. La lune blanche

VII. Le paysage dans le cadre des portières

VIII. Une Sainte en son auréole

IX. Son bras droit

X. Quinze longs jours encore

XI. La dure épreuve va finir

XII. Va, chanson, à tire-d’aile

XIII. Hier, on parlait de choses

XIV. Le foyer, la lueur étroite de la lampe

XV. J’ai presque peur, en vérité

XVI. Le bruit des cabarets

XVII. N’est-ce pas ? En dépit des sots

XVIII. Nous sommes en des temps infâmes

XIX. Donc, ce sera par un clair jour d’été

XX. J’allais par des chemins perfides

XXI. L’hiver a cessé : la lumière est tiède