Поль Верлен — Paul Verlaine

Menu du site

Accueil
Poésie:
Poèmes saturniens Les Amies Fêtes galantes La Bonne Chanson Romances sans paroles Sagesse Jadis et Naguère Amour Parallèlement Dédicaces Femmes Bonheur Chansons pour elle Liturgies intimes Odes en son honneur Élégies Dans les limbes Épigrammes Chair Invectives Hombres Biblio-sonnets —————————— Contact

© Verlaine.ru



ru
fr

InvectivesProloguePost-scriptum au prologueL’Art poétique ad hocLittératureMetzPortrait académiqueÀ Edouard RodEcce iterum CrispinusLa Ballade de l’École RomaneJean-RenéConseilsPour MoréasL’éternel sotArcades amboÀ M. le Dr Grandm***Détestant tout ce qui sentLes Muses et le PoèteÀ un magistrat de boueAutre magistratUn autre magistrat en ArrasSonnet pour larmoyerÀ Caïn MAnecdoteHou! Hou!À l’adresse de d’aucunsUn éditeurBallade en faveur de Léon Vanier et CieBuste pour mairiesStatue pour tombeauThomas DiafoirusNébuleusesÉcrit pendant le siègeOpportunistesUn peu de politiqueUn peu de bâtimentPuero debetur reverentiaSouvenirs de prison (Depuis un an et plus je n’ai pas vu la queue)Souvenirs de prison (Les passages Choiseul aux odeurs de jadis)ActualitéÀ propos d’un procèsPour dénoncer la TripliceOde à Guillaume IIRastasContre les ParisiennesSur la manie qu’ont les femmes actuelles de relever leurs robesPetty LarceniesCognes et flicsDéceptionGriefsOn dit que je suis un gagaÀ Raoul PonchonÀ Marcel SchwobÀ Ernest DelahayeÀ Félicien ChampsaurÀ Catulle MendèsÀ F.-A. CazalsChanson pour boireAutre chanson pour boireChanson à mangerÀ mon amie EugénieUne folle entre dans ma vieContre une fausse amiePour Mlle E. M.À ma bien-aiméeÀ la seuleÀ l’anciennePour ERêveRéveilLa montre briséeMon apologie

Paul Verlaine « Invectives »

La montre brisée

À Eugénie…

Dans notre vie un peu fantasque
Il n’est, je crois, rien arrivé
De plus masque et tambour de basque
Et mi-carême et mardi gras

Que cette colère venue
De quel donc prétexte vraiment ?
Qui, dès grosse erreur reconnue,
Nous rentrés de mauvaise humeur,

Me fit, sans que rien pût là contre,
D’un pied fantochement vainqueur,
Écraser cette pauvre montre
Que tu venais de m’acheter.

Je piétinais comme un beau diable,
Comme un polichinell’ rageur,
L’horloginette lamentable
Qui tôt ne fut qu’un triste tas

De cuivre et d’argent et de verre
Dès lors se relevant en… « bosse »,
Et maintenant, à moi sévère,
Après coup je compris trop tard

Que j’ai mal et me lamente
À propos du bijou perdu
Et de l’heure à jamais absente…
Mais quelque chose de dedans

Moi-même me dit : « C’est carême
Aujourd’hui, mais rassure-toi, —
L’heure n’en va pas moins quand même.
Heureuse ou non… »
Baste ! aimons-nous.