Поль Верлен — Paul Verlaine

Menu du site

Accueil
Poésie:
Poèmes saturniens Les Amies Fêtes galantes La Bonne Chanson Romances sans paroles Sagesse Jadis et Naguère Amour Parallèlement Dédicaces Femmes Bonheur Chansons pour elle Liturgies intimes Odes en son honneur Élégies Dans les limbes Épigrammes Chair Invectives Hombres Biblio-sonnets —————————— Contact

© Verlaine.ru



ru
fr

InvectivesProloguePost-scriptum au prologueL’Art poétique ad hocLittératureMetzPortrait académiqueÀ Edouard RodEcce iterum CrispinusLa Ballade de l’École RomaneJean-RenéConseilsPour MoréasL’éternel sotArcades amboÀ M. le Dr Grandm***Détestant tout ce qui sentLes Muses et le PoèteÀ un magistrat de boueAutre magistratUn autre magistrat en ArrasSonnet pour larmoyerÀ Caïn MAnecdoteHou! Hou!À l’adresse de d’aucunsUn éditeurBallade en faveur de Léon Vanier et CieBuste pour mairiesStatue pour tombeauThomas DiafoirusNébuleusesÉcrit pendant le siègeOpportunistesUn peu de politiqueUn peu de bâtimentPuero debetur reverentiaSouvenirs de prison (Depuis un an et plus je n’ai pas vu la queue)Souvenirs de prison (Les passages Choiseul aux odeurs de jadis)ActualitéÀ propos d’un procèsPour dénoncer la TripliceOde à Guillaume IIRastasContre les ParisiennesSur la manie qu’ont les femmes actuelles de relever leurs robesPetty LarceniesCognes et flicsDéceptionGriefsOn dit que je suis un gagaÀ Raoul PonchonÀ Marcel SchwobÀ Ernest DelahayeÀ Félicien ChampsaurÀ Catulle MendèsÀ F.-A. CazalsChanson pour boireAutre chanson pour boireChanson à mangerÀ mon amie EugénieUne folle entre dans ma vieContre une fausse amiePour Mlle E. M.À ma bien-aiméeÀ la seuleÀ l’anciennePour ERêveRéveilLa montre briséeMon apologie

Paul Verlaine « Invectives »

Cognes et flics

Autrefois j’aimais les gendarmes.
Drôle de goût, me direz-vous…
Enfin je leur trouvais des charmes,
Non certes au-dessus de tout,

Mais je les gobais tout de même,
Comme on prise de bons enfants.
Élite de l’armée et crème
Et fleur, ils m’étaient triomphants !

Leurs baudriers et leurs bicornes,
Si bien célébrés par Nadaud,
D’une sécurité sans bornes
Flattaient mon âme de badaud.

Puis, ils lampent le petit verre
Avant comme après le repas
D’un geste plus ou moins sévère
Et je ne le détestais pas.

Je trinquais avec des brigades,
Et nous buvions à nos amours.
Comme il sied avec des troubades,
C’était moi qui payais toujours…

Depuis je constate avec peine
Qu’ils sont des rosses vous dressant
Procès-verbal à perdre haleine,
Quand ils jugent le cas pressant.

La douille manque à la caserne.
Or voici, grâce à tels délits,
Qu’ils fabriquent d’un style terne,
Les budgets qu’il faut, rétablis.

À moi, les chouias, les macaches !
Désormais je me voue au chant
National de « Mort aux vaches ! »
Fussé-je pris pour un méchant…

Comme aussi les sergents de ville :
J’avais un estime pour eux !
Protecteurs de la paix civile,
De l’ordre gardiens valeureux,

Rempart du Bien, terreur du Crime,
Ils me semblaient, naïveté !
Une apparition sublime
D’anges veillant sur la cité…

Hélas ! c’est encor : « Mort aux vaches ! »
Qu’il faut crier quand on les voit.
Massacreurs féroces et lâches,
Mouchards, non point maquereaux, soit

Mais tout comme, ivrognes qu’indure
Plus d’un rogomme monstrueux…
Et le héros se dénature
En un drôle imperpétueux.