Поль Верлен — Paul Verlaine

Menu du site

Accueil
Poésie:
Poèmes saturniens Les Amies Fêtes galantes La Bonne Chanson Romances sans paroles Sagesse Jadis et Naguère Amour Parallèlement Dédicaces Femmes Bonheur Chansons pour elle Liturgies intimes Odes en son honneur Élégies Dans les limbes Épigrammes Chair Invectives Hombres Biblio-sonnets —————————— Contact

© Verlaine.ru



ru
fr

InvectivesProloguePost-scriptum au prologueL’Art poétique ad hocLittératureMetzPortrait académiqueÀ Edouard RodEcce iterum CrispinusLa Ballade de l’École RomaneJean-RenéConseilsPour MoréasL’éternel sotArcades amboÀ M. le Dr Grandm***Détestant tout ce qui sentLes Muses et le PoèteÀ un magistrat de boueAutre magistratUn autre magistrat en ArrasSonnet pour larmoyerÀ Caïn MAnecdoteHou! Hou!À l’adresse de d’aucunsUn éditeurBallade en faveur de Léon Vanier et CieBuste pour mairiesStatue pour tombeauThomas DiafoirusNébuleusesÉcrit pendant le siègeOpportunistesUn peu de politiqueUn peu de bâtimentPuero debetur reverentiaSouvenirs de prison (Depuis un an et plus je n’ai pas vu la queue)Souvenirs de prison (Les passages Choiseul aux odeurs de jadis)ActualitéÀ propos d’un procèsPour dénoncer la TripliceOde à Guillaume IIRastasContre les ParisiennesSur la manie qu’ont les femmes actuelles de relever leurs robesPetty LarceniesCognes et flicsDéceptionGriefsOn dit que je suis un gagaÀ Raoul PonchonÀ Marcel SchwobÀ Ernest DelahayeÀ Félicien ChampsaurÀ Catulle MendèsÀ F.-A. CazalsChanson pour boireAutre chanson pour boireChanson à mangerÀ mon amie EugénieUne folle entre dans ma vieContre une fausse amiePour Mlle E. M.À ma bien-aiméeÀ la seuleÀ l’anciennePour ERêveRéveilLa montre briséeMon apologie

Paul Verlaine « Invectives »

À un magistrat de boue

Souvenir de l’année 1885

Fous le camp, quitte vite et plutôt que cela
Nos honnêtes Ardennes
Pour ton Auvergne honnête d’où déambula
Ta flemme aux lentes veines.

Paresseux ! quitte ce Parquet pour en cirer
De sorte littérale
D’autres au pied de la lettre au lieu de t’ancrer,
Cariatide sale,

Dans ce prétoire où tu réclames l’innocent
Pour le bagne et la geôle,
Où tu pérores avec ton affreux accent
Pire encore que drôle,

Mauvais robin qui n’as, du moins on me l’a dit,
Pour toi que ta fortune,
Qui sans elle n’eusses, triste gagne-petit,
Gagné la moindre thune,

Tu m’as insulté, toi ! du haut de ton tréteau,
Grossier, trivial, rustre !
Tu m’as insulté, moi ! l’homme épris du seul beau,
Moi, qu’on veut croire illustre.

Tu parles de mes mœurs, espèce de bavard,
D’ailleurs sans éloquence,
Mais l’injure quand d’un tel faquin elle part
S’appelle... conséquence.

La conséquence est que, d’abord tu n’es qu’un sot
Qui pouvait vivre bête,
Sans plus, — tandis que, grâce à ce honteux assaut
Vers un pauvre poète,

Un poète naïf qui n’avait d’autre tort
Que d’être ce poète,
As mérité de lui, paresseux qui t’endors
Poncif, laid, dans ta boëte,

(Comme tu prononces, double et triple auverpin)
Que les siècles à suivre
Compissent, et pis ! ton nom, Grivel (prends un bain)
Grâce à ce petit livre.