Поль Верлен — Paul Verlaine

Menu du site

Accueil
Poésie:
Poèmes saturniens Les Amies Fêtes galantes La Bonne Chanson Romances sans paroles Sagesse Jadis et Naguère Amour Parallèlement Dédicaces Femmes Bonheur Chansons pour elle Liturgies intimes Odes en son honneur Élégies Dans les limbes Épigrammes Chair Invectives Hombres Biblio-sonnets —————————— Contact

© Verlaine.ru



ru
fr

ÉpigrammesRemis de ses émotionsCe livre est sûr de mal plaireLourd comme un crapaud, léger comme un oiseauJ’ai fais un vers de dix-sept piedsMon âge mûr qui me grommelleAprès les chants d’église et les airs militairesIl ne me faut plus qu’un air de flûteTon illogisme vainqueurÊtre tout de beauté, tout de bontéC’est le conflit, c’est le contactLa ville que Vauban orna d’un beau rempartOn finit par s’habituerQuand nous irons, si je dois encore la voirJ’ai beau faire la paix partoutQuand tu me lis une histoireLes Salons, où je ne vais plusGrâce à toi je me vois le dosCar, après tout, l’amour n’y pensons plusC’est la bonté naïve et rude un peuJ’ai fait jadis le coup de poingL’IncompréhensibilitéSchopenhauer m’embête un peuTête De PipeAu Bas D’Un CroquisSur Un Portrait De LamartineSur Un Exemplaire Des « Odes Funambulesque »A Propos d’un des plus beaux vers de Catulle MendèsSur Un Exemplaire Des « Fleurs Du Mal »Après Tout, Si Tu Fus HeureuxCes Quelques Vers, Libelle Imbelle

Paul Verlaine « Épigrammes »

Épigrammes est le recueil de poèmes de Paul Verlaine, publié en 1894.

Poèmes:

I. Remis de ses émotions

II. Ce livre est sûr de mal plaire

III. Lourd comme un crapaud, léger comme un oiseau

IV. J’ai fais un vers de dix-sept pieds

V. Mon âge mûr qui me grommelle

VI. Après les chants d’église et les airs militaires

VII. Il ne me faut plus qu’un air de flûte

VIII. Ton illogisme vainqueur

IX. Être tout de beauté, tout de bonté

X. C’est le conflit, c’est le contact

XI. La ville que Vauban orna d’un beau rempart

XII. On finit par s’habituer

XIII. Quand nous irons, si je dois encore la voir

XIV. J’ai beau faire la paix partout

XV. Quand tu me lis une histoire

XVI. Les Salons, où je ne vais plus

XVII. Grâce à toi je me vois le dos

XVIII. Car, après tout, l’amour n’y pensons plus

XIX. C’est la bonté naïve et rude un peu

XX. J’ai fait jadis le coup de poing

XXI. L’Incompréhensibilité

XXII. Schopenhauer m’embête un peu

XXIII. Tête De Pipe

XXIV. Au Bas D’Un Croquis

XXV. Sur Un Portrait De Lamartine

XXVI. Sur Un Exemplaire Des « Odes Funambulesque »

XXVII. A Propos d’un des plus beaux vers de Catulle Mendès

XXVIII. Sur Un Exemplaire Des « Fleurs Du Mal »

XXIX. Après Tout, Si Tu Fus Heureux

XXX. Ces Quelques Vers, Libelle Imbelle